Google condamné à arrêter l' autocompletion sur son propre moteur... - Arobasenet.com

Google condamné à arrêter l' autocompletion sur son propre moteur...

Google Auto-complétion.
Google vient de se voir ordonner par un tribunal japonais de mettre fin au système d' autocomplétion de son propre moteur de recherche.

Et ce, suite à une plainte déposée par un citoyen japonais accusant le système d' autocomplétion d'avoir porté atteinte à son intégrité morale, comme nous le rapporte Mashable.

En effet, ce citoyen japonais s'estime victime de cette fonctionnalité d' autocomplétion qui associait son nom avec des "noms d'oiseaux", pour ne pas dire avec des qualifications négatives, donc peu glorifiants.

Qu'est-ce le système d' autocomplétion


Pour gagner en temps, et faire des économies d'énergie (c'est Google qui l'a dit), Google a mis en place le système d' autocomplétion.

Cette fonctionnalité permet à l'internaute de se voir proposer des requêtes pouvant compléter ou lui convenir pendant sa propre saisie sur le moteur de recherche.

Ce système est essentiellement basée sur l'historique de recherche sur Google. Et, sans doute, sur l'ensemble des textes d'ancres de backlinks recensés par le moteur.

Seulement, voilà ! Ce système d' autocomplétion peut aussi nuire à la notoriété d'un individu ou d'une entreprise.

L'effet pervers de l' autocomplétion


Comme toujours sur Internet, il y a des esprits pour chercher à savoir comment utiliser une bonne trouvaille d'une façon négative. D'où parfois le terme de negative seo.

C'est ainsi que notre citoyen japonais (qui ne veut pas révéler son nom, vous comprenez, n'est-ce pas ?), s'estimant atteint dans sa dignité a porté plainte contre Google qu'il accuse d'avoir suggéré des expressions "malheureuses" dès qu'on commençait à saisir son nom.

Mais, avant de porter cette affaire devant les tribunaux japonais, ce citoyen japonais a pris soin de vouloir régler cette mésaventure à l'amiable avec Google. Il a donc envoyé une requête à Google pour lui demander de retirer tous ces "noms d'oiseaux" accolés à son nom dans le système d' autocomplétion du moteur de recherche.

Mais, déclare-t-il, Google a décliné et rejeté sa demande au motif que l' autocomplétion ne porte aucunément atteinte à sa vie privée, et que le système d' autocomplétion n'est pas un système manuel (donc pas d'intervention humaine) mais algorithmique (automatique).

Décision du tribunal japonais


Le tribunal japonais a donné raison à son citoyen et a donc demandé à Google d'arrêter le système d' autocomplétion de son moteur de recherche au Japon.

Ce que refuse de faire Google en arguant du fait que son entreprise se trouve aux Etats-Unis (Mountain View, California), et non au Japon. Et que rien ne l'obligerait à se soumettre à la loi japonaise. Vous avez dit fuite en avant ?

Est-ce alors le début d' un autre bras de fer pour Google avec le Japon, après la Chine ?

Personnellement, je me demande bien qu'en serait-il si Google était poursuivi aux Etats-Unis pour des faits similaires d'atteinte à l'intégrité morale en raison de son système d' autocomplétion ?

Et l'Union Européenne, va-t-elle s'engouffrer dans la brêche ouverte au Japon dans ses enquêtes sur Google ?
Bien référencer son site internet sur Google
Bien référencer son site internet sur Google