La presse espagnole demande maintenant son maintien dans Google Actualités - Arobasenet.com

La presse espagnole demande maintenant son maintien dans Google Actualités




Le chantage contre Google et son moteur de recherche semble avoir des limites pour ceux qui s'y essaient.

Ainsi, la presse allemande avait, il y a peu, exiger de Google le versement d'un dû pour tout référencement dans Google Actualités.


La presse espagnole demande maintenant son maintien dans Google Actualités


Plutôt que de payer des sites à qui il envoie du trafic gratuit, Google avait plutôt décidé de fermer son robinet de trafic.

Il n'a pas fallu plus d'une semaine pour que la presse allemande se rende compte du désastre de ne plus apparaître dans Google Actualités. Elle a donc fait amende honorable pour revenir dans les bonnes grâces de Google.

Malgré cet avertissement implacable, nous avions appris la semaine dernière que le Gouvernement espagnol avait fait voter une loi exigeant de Google de payer les Editeurs de contenus à chaque fois qu'il affiche leur contenu sur ses pages.

La réponse de Google ne s'est pas faite attendre. Il a immédiatement déclaré qu'il allait retirer les contenus de la presse espagnole, dont El Pais et La Vanguardia, de Google News.

Comme vous pouviez l'imaginer, cette annonce de Google fut une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui pensent qu'il est aujourd'hui possible de survivre en dehors du soutien de Google Actualité. Google ne cherchant même plus à négocier quoi que ce soit avec qui que ce soit, les "frondeurs" réalisent tout seuls l'erreur commise en voulant s'affranchir du trafic gratuit de Google Search et de Google Actualités.

La presse espagnole demande un retour en grâce


L'AEDE, Association des Editeurs de Presse Espagnole, vient d'écrire à leur gouvernement pour leur faire savoir que "se passer des services de Google n'était pas à l'heure actuelle une solution envisageable, compte tenu de sa domination du marché de la recherche internet". Avant de reconnaître explicitement que "la décision de Google aura sans aucun doute un impact négatif sur les citoyens et les entreprises espagnoles".

La presse espagnole demande à Google de surseoir sa décision, et demande sa clémence pour demeurer dans Google Actualités.

Voici un extrait dans lequel Google explique sa décision :

"This new legislation requires every Spanish publication to charge services like Google News for showing even the smallest snippet from their publications, whether they want to or not. As Google News itself makes no money (we do not show any advertising on the site) this new approach is simply not sustainable. So it’s with real sadness that on 16 December (before the new law comes into effect in January) we’ll remove Spanish publishers from Google News, and close Google News in Spain."

En d'autres termes : "Cette nouvelle loi exige que chaque Editeur espagnol facture aux services en ligne comme Google Actualités pour toute publication, même pour le plus petit extrait, de leurs publications, qu'ils le veuillent ou non.

Comme Google News ne gagne aucun argent (Google ayant dit qu'il n'y diffusera aucune publicité), cette nouvelle approche n'est tout simplement pas viable. Ainsi, c'est avec un réel regret que le 16 décembre (avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi le 1er Janvier 2015), nous supprimerons les Editeurs espagnols de Google News et procéderons à la fermeture de Google Actualités en Espagne."

Sans doute que l'intransigeance de Google vis à vis de toutes les presses nationales vont pousser ces mêmes presses à revoir leurs businesses modèles trop tournés vers la monétisation par la publicité plutôt que vers l'abonnement payant de leurs lecteurs.

D'ailleurs, les récents outils de Google tels que Contributor ou encore Consumer Surveys vont dans ce sens pour aider tous les Editeurs de contenus en ligne à monétiser plus facilement leurs contenus.

A chaque Editeur de savoir saisir cette opportunité le moment venu où ces outils seront disponibles dans leurs pays.