Facebook fait de la vitesse de chargement un critère de ranking - Arobasenet.com

Facebook fait de la vitesse de chargement un critère de ranking


Si Facebook voulait vraiment inciter les éditeurs de contenu et les marques à utiliser son format Instant Articles, il ne s'y prendrait pas autrement.

Facebook fait de la vitesse de chargement des liens partagés un critère de ranking

Notamment en déclarant que la vitesse de chargement des contenus partagés sera dorénavant un critère pour bien se classer sur le fil d'actualité.


Après avoir donc introduit la vitesse de connexion comme critère de classement en temps réel , Facebook vient à nouveau de modifier l'algorithme de ranking du News Feed pour accorder les meilleures places aux liens partagés qui s'affichent rapidement.

En effet, l’algorithme de Facebook va maintenant estimer combien de temps il faut pour qu’une page Web se charge à partir de son application mobile et utiliser cette information lors du classement sur le fil d’actualité des utilisateurs.

Par conséquent, le dernier changement de l’algorithme de Facebook News Feed pénalisera les liens des pages Web ayant un délai de chargement lent et pourrait pousser plus de marques et d'éditeurs à adopter le format d'articles instantanés,  propriété de Facebook.

Facebook explique dans son post :
Des facteurs tels que la connexion réseau actuelle de la personne et la vitesse générale de la page Web correspondante seront pris en considération.

Si les signaux indiquent que la page Web se chargera rapidement, le lien vers cette page Web pourrait apparaître plus haut dans votre fil d’actualité.
Ce changement d’algorithme sera déployé progressivement au cours des prochains mois.

Les sites avec des pages à chargement lent sont donc susceptibles de voir une baisse de leur portée sur Facebook et leur trafic Facebook diminuer, selon Facebook.

Pour aider les éditeurs à améliorer la vitesse de chargement de leurs pages lors des visites provenant de Facebook, celui-ci a publié un guide de bonnes pratiques à leur intention.

Toujours est-il qu’on ne sait pas comment Facebook compte estimer la vitesse de chargement des pages visitées depuis sa plateforme, et surtout quels signaux il compte utiliser pour réaliser ces estimations.