John Mueller répond à Arobasenet à propos du ranking des nouveaux noms de domaine - Arobasenet.com



John Mueller répond à Arobasenet à propos du ranking des nouveaux noms de domaine

Je rapportais dans un article récent des études réalisées par deux sites de bonne réputation concernant les nouvelles extensions de nom de domaine personnalisées.


John Mueller répond à Arobasenet

Ces deux études tendaient a démontré que les sites web ayant des noms de domaines se terminant en .guru, .berlin ou .paris se classaient mieux que les sites en .com ou .net lors de certaines recherches sur Google comportant ces expressions.

Bien évidemment, la méthodologie utilisée par ces 2 sites pour leurs analyses de donées ne sont pas entièrement connues. Mais, ils arrivent tous les deux à la même conclusion. A savoir que les noms de domaines personnalisés (gTLD) boosteraient le référencement des sites les utilisant.

Ayant donc posté mon article sur Twitter en mentionnant +John Mueller, Webmaster Trend Analyst chez Google, celui-ci a posté le tweet ci-dessous en réponse à mon article :


John Mueller, reprenant à peu près les propos de Matt Cutts que j'avais aussi cité dans l'article, déclare que les nouveaux noms de domaines génériques (gTLD) ne favorisaient en aucune façon le classement des sites sur les pages de résultats de Google.

Quelques minutes plus tard, après cette réponse sur Twitter, John Mueller a publié un post sur Google+ pour expliquer davantage son point de vue :




Dans ce post, John Mueller déclare encore qu'il n'y a aucun avantage lors des recherches sur Google accordé à ces nouveaux noms de domaine de premier niveau. Ils ne sont pas non plus ciblés géographiquement par défaut (NDLR : comme pourraient l'être les noms de domaine nationaux de premier niveau tels que le .fr, le .ca, etc).

D'ailleurs, John Mueller fait savoir que les .nyc et .berlin (ou .paris) qui sont des noms de domaine génériques (gTLD) peuvent cibler une zone géographique depuis Google Webmaster Tools comme le feraient les .com.

John Mueller poursuit en disant que tout le monde être libre d'enregistrer l'un des ces nouveaux noms de domaine (gTLD) pour quelque raison que ce soit. Mais, vous ne devez pas le faire en espérant obtenir un coup de pouce dans les pages de résultats.

Il recommande alors de choisir un nom de domaine qu'on aime vraiment (que ce soit avec un .com ou .paris) et de travailler avec sur le long terme. En ce sens que même si le changement de nom de domaine a aujourd'hui été facilité, il reste toujours du travail à faire (NDLR : pour un meilleur classement sur Google).

Mais, certains SEO ne semblent pas encore convaincus par la réponse de John Mueller comme vous pouvez le constater dans le tweet ci-dessous :


Comme toujours, la vérité doit se trouver entre les deux.

Et ce, dans la mesure où ces études ont quand même démontré après des semaines d'observation et des analyses de requêtes que les extensions de nom de domaine génériques semblaient bénéficier d'une sorte de faveur dans les SERPs.

Alors, y a-t-il une tentative de diversion de la part de Google ?
Ou un défaut dans l'algorithme de Google qui ne voudrait pas le reconnaître ?

Aucun commentaire