Facebook Messenger : nouvelle interface avec un menu dynamique - Arobasenet.com




Facebook Messenger : nouvelle interface avec un menu dynamique

Facebook a réalisé une mise à jour de sa plateforme Messenger pour donner une plus grande flexibilité aux développeurs de bots et un contrôle sur la façon dont ils conçoivent l’expérience de l’application aux utilisateurs.

Facebook Messenger





Cette version 1.4 de Messenger inclut un menu persistant redessiné qui prend en charge plusieurs éléments imbriqués et permet de meilleurs expériences, grâce à son intégration avec les WebViews.

Les développeurs peuvent accéder à cette fonctionnalité aujourd'hui, mais elle deviendra visible aux utilisateurs dans 2 semaines.

En outre, Facebook a aussi lancé de nouvelles façons de partager du contenu à l’intérieur de Messenger. Il a aussi mis à jour sa fonctionnalité de correspondance client pour les entreprises et amélioré les différentes API, y compris ceux concernant les profils Messenger, codes, analytics de l’application et les pièces jointes.


Menu persistant redessiné


Nous savons que les bots ont été beaucoup médiatisés ces derniers mois sur la blogosphère, et qu’il y a un désir de mettre en évidence la valeur réelle de ces applications (bots) au sein des applications de messagerie.



Lorsque Facebook Messenger s’est ouvert aux robots l’an dernier, les options de navigation et de menu que les développeurs pouvaient inclure étaient basiques, obligeant les utilisateurs à se souvenir des commandes de texte.

En juillet 2016, Messenger a présenté son menu persistant pour améliorer cette expérience et fournir des boutons pour naviguer dans le bot. Il a initialement pris en charge cinq actions personnalisées.

Maintenant, les développeurs peuvent ajouter des options contextuelles et dynamiques dans le menu, de sorte que si vous naviguez dans des vêtements, par exemple, les menus suivants pourraient être adaptés à d’autres vêtements, tandis que dans un autre cas, le menu pourrait conduire à la page de paiement de la commande.

Facebook Messenger prend également en charge les WebViews, une technologie qui permet aux applications mobiles d’être développées à l’aide de technologies web, ce qui signifie que les développeurs ont plus de souplesse lorsqu’il s’agit d’organiser les tâches.

Pour info, le WebView est un composant de système proposé par Chrome qui permet d'afficher les contenus Web dans les applications Android.

Avec les WebViews, les utilisateurs peuvent donc ouvrir les applications tierces liées à un chat (conversation), à l’intérieur de l’application Messenger, et donc sans quitter l’environnement de la messagerie.




Autres mises à jour


Les développeurs se voient désormais offrir des capacités supplémentaires quand il s’agit d’aider les utilisateurs à partager des contenus au sein de leurs bots. Auparavant, Facebook autorisait uniquement aux développeurs d’inclure un bouton de partage sur les messages.

Mais aujourd'hui, les développeurs peuvent personnaliser l’image, le message et le bouton de partage qui s’affiche lorsque les utilisateurs veulent faire découvrir quelque chose à leurs amis et à la famille via le bot.

Un lien vers le site Web du bot peut également être inclus. Cela pourrait sans doute aider à accélérer l’adoption de ces applications plutôt que de les laisser dans leurs coins, en attendant d’être découvertes.

Facebook a également ajouté le support des liens profonds pour permettre le partage des messages personnalisé au sein des bots. Les développeurs peuvent directement lier des messages partagés à leurs robots (bots) en codant un bouton avec leur URL m.me.

Les destinataires qui cliquent sur ces liens ouvriront une conversation avec un bot, et les développeurs peuvent personnaliser des actions spécifiques à l’intérieur du bot en fonction de comment l’utilisateur se lance dans la conversation.

Facebook Messenger a également amélioré ses capacités de correspondance client pour intégrer désormais le nom et le prénom du client, ainsi que le numéro de téléphone.

Ce faisant, Facebook souhaite améliorer leurs précisions, de sorte que lorsque la conversation entre l’entreprise et le client commence via SMS (texto), avant de basculer et se poursuivre sur Messenger, l’entreprise sache qu’elle parle toujours avec le même client.

Aucun commentaire