YouTube précise les contenus vidéo non éligibles à la monétisation - Arobasenet.com



YouTube précise les contenus vidéo non éligibles à la monétisation

Suite à la pression de ses plus gros annonceurs mécontents de voir leurs publicités diffuser sur du contenu extrémiste et violent, Google s’évertue depuis quelques semaines à les rassurer en modifiant les règles de monétisation pour les éditeurs de sites et de contenu vidéo YouTube via AdSense.

YouTube précise les contenus vidéo non éligibles à la monétisation

Il faut le reconnaître, dès la levée de boucliers des annonceurs, Google a vite réagi pour essayer de retrouver leur confiance, notamment en leur fournissant 3 outils pour gérer l’emplacement de leurs publicités AdWords.

Et concernant YouTube et les YouTubeurs, Google a pris la décision qu’aucun éditeur ne peut monétiser sa chaîne tant qu’il n’a pas atteint les 10.000 vues. Et les publicités lors des recherches sur YouTube restent maintenant en mode pause.


Par conséquent, de nombreux créateurs de contenu vidéo ont vu leurs revenus publicitaires chuter ou fluctuer sensiblement, comme les avait prévenus YouTube.

Et aujourd’hui, YouTube annonce avoir ajouté plus de détails et élargit les Consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs afin de préciser le type de contenu vidéo qui ne peut dorénavant être monétisé sur YouTube.

Car, pour YouTube, les annonceurs veulent toucher la bonne audience, mais ils accordent également de l'importance à la manière dont ils y arrivent et aux vidéos sur lesquelles leurs annonces apparaissent.

Ils choisissent donc entre autres des thèmes, des mots clés spécifiques et des données démographiques pour déterminer les contenus sur lesquels seront diffusées leurs annonces.

D’ailleurs, YouTube les aide à identifier l'emplacement adapté à leurs publicités en étudiant le contenu des vidéos des créateurs, leurs miniatures et leurs métadonnées (titre, description et tags).


Contenus vidéos non adaptés à la monétisation sur YouTube


La version mise à jour, ci-dessous, fournit beaucoup plus de détails sur les types de contenu existant qui sont inéligibles, ainsi que plus d'explications sur les lignes directrices en général.

Selon leur nature, certains contenus peuvent ne pas être éligibles à la monétisation. Les vidéos considérées comme non adaptées aux annonceurs comprennent, sans s'y limiter :

  • Sujets controversés et événements sensibles : contenus vidéo traitant en partie ou intégralement de sujets ou d'événements sensibles, y compris, mais sans s'y limiter, de la guerre, de conflits politiques, du terrorisme ou de l'extrémisme, de la mort et de tragédies, et d'abus sexuels, même si aucune image choquante n'est diffusée.

  • Drogues et substances ou produits dangereux : les contenus vidéo promouvant ou montrant la vente, l'usage ou l'abus de drogues illégales, de médicaments ou de substances autorisées, ou d'autres produits dangereux, ne sont pas éligibles à la publicité.

  • Actes dangereux ou pernicieux : les contenus vidéo qui font la promotion d'actes dangereux ou pernicieux entraînant des blessures physiques, émotionnelles ou psychologiques graves, ne sont pas éligibles à la publicité.

  • Contenus incitant à la haine : les contenus qui appellent à la discrimination, au dénigrement ou à l'humiliation d'un individu ou d'un groupe en raison de sa race, son origine ethnique, sa nationalité, sa religion, son handicap, son âge, son statut d'ancien combattant, son orientation sexuelle, son identité sexuelle ou de toute autre caractéristique connue comme motif de discrimination ou de marginalisation ne sont pas éligibles à la publicité. Les contenus satiriques ou humoristiques peuvent être adaptés à certains annonceurs. Cependant, la simple mention de votre intention humoristique n'est pas suffisante, et la vidéo peut malgré tout ne pas être éligible à la publicité.

  • Langage inapproprié : les vidéos contenant un langage très vulgaire ou grossier sont susceptibles de ne pas être éligibles à la publicité. L'utilisation occasionnelle de grossièretés n'entraîne pas nécessairement l'inéligibilité à la publicité, mais le contexte est pris en compte lors de l'évaluation de la vidéo.

  • Utilisation inappropriée de personnages issus de divertissements familiaux : les vidéos montrant du contenu ou des personnages issus de divertissements familiaux, qu'ils soient animés ou en prises de vue réelles, présentant un caractère violent, sexuel, abject ou inapproprié, même dans un but humoristique ou satirique, ne sont pas éligibles à la publicité.

  • Contenus provocants et dénigrants : les contenus inutilement provocants, incendiaires ou dénigrants peuvent ne pas être éligibles à la publicité. C'est par exemple le cas des contenus visant à insulter ou humilier un individu ou un groupe.

  • Contenus à caractère sexuel : les vidéos présentant un caractère sexuel très prononcé, tels que des contenus montrant principalement des scènes de nudité, des parties du corps ou des simulations sexuelles, ne sont pas éligibles à la publicité. Les contenus présentant des jouets et des objets sexuels ou qui traitent explicitement de sexe, à l'exception des vidéos d'éducation sexuelle ne comportant pas d'images choquantes, peuvent également ne pas être éligibles à la publicité.

  • Violence : les contenus vidéo présentant principalement et en l'absence de tout contexte de la violence, des blessures ou des scènes sanglantes, ne sont pas éligibles à la publicité. La violence apparaissant dans le déroulement normal d'un extrait de jeu vidéo est de manière générale tolérée, mais les montages présentant principalement de la violence gratuite ne sont pas acceptés. Si vous diffusez des images violentes dans le cadre d'actualités, de contenus éducatifs ou artistiques, ou d'un documentaire, le contexte est important.

Sachez aussi que les annonceurs excluent souvent de leurs campagnes les vidéos traitant de ces sujets:


  • Problèmes sociaux sensibles : discrimination et relations identitaires, scandales et enquêtes, droits liés à la procréation, armes et armes à feu, etc.

  • Tragédies et conflits : nécrologies, services de deuil, violence, guerre, personnes disparues, etc.

  • Contenu sensationnel et choquant : contenu cherchant à choquer, y compris le contenu sensationnel, répugnant et vulgaire.

Certains annonceurs choisissent également d'éviter les contenus suivants :

  • Grossièretés et langage inapproprié : utilisation modérée ou intensive de langage grossier et de blasphèmes.

  • Contenu à caractère sexuel : images et textes provocants, etc.

En tant que créateur de contenu vidéo sur YouTube, vous êtes en droit d'exercer votre liberté d'expression. Cependant, pour être sûr d'attirer des annonceurs avec vos contenus, gardez à l'esprit les bonnes pratiques et les Consignes relatives aux contenus adaptés aux annonceurs lorsque vous créez vos vidéos.

D’autre part, si vous envisagez d'activer la monétisation, assurez-vous que vos titres, vos miniatures et vos métadonnées représentent bien vos vidéos.

Aucun commentaire