Facebook arrête de facturer les clics accidentels de son réseau publicitaire - Arobasenet.com


Facebook arrête de facturer les clics accidentels de son réseau publicitaire

Les annonceurs de Facebook Audience Network ne devront plus s’inquiéter du fait qu’ils paient sans doute pour des clics non-intentionnels des utilisateurs sur leurs publicités.

Facebook arrête de facturer les clics accidentels de son réseau publicitaire

Il vous est certainement déjà arrivé de faire défiler votre écran mobile ou de le faire glisser sur le côté, ou encore de vouloir cliquer sur un lien et de finir par cliquer inopportunément sur une annonce sans vraiment le vouloir.



Même cliqué accidentellement, certaines plateformes publicitaires continuent à faire payer l’annonceur pour ce type de clics. Google AdWords ne le fait plus depuis bien longtemps.

Et c'est maintenant au tour de Facebook de finalement annoncer qu’il ne facturera plus les clics non-intentionnels effectués sur les annonces de son réseau publicitaire Facebook Audience Network.

Ainsi, ces clics accidentels, et donc involontaires, ne seront plus intégrés dans les métriques partagées avec les annonceurs et les éditeurs.

Facebook fait donc maintenant le tri des clics involontaires en analysant des cas où un utilisateur rebondit (revient en arrière) après 2 secondes ou moins. Après tout, si vous avez cliqué sur une annonce, puis avez immédiatement cliqué sur le bouton Retour, c'est que vous n'aviez probablement pas voulu cliquer sur cette annonce.

Toujours est-il que Facebook déclare que le seuil des 2 secondes est un "point de départ" que Facebook peut ajuster si nécessaire.

Les éditeurs peuvent craindre que ce changement ne nuise à la portée de leurs annonces, mais Facebook précise que la “grande majorité” ne sera pas affectée, parce que leurs annonces ne conduisent pas à un nombre significatif de clics involontaires.

Il a ajouté que Facebook fait cette modification pour le bien de l'écosystème :
Les clics involontaires finissent par fournir des expériences vraiment médiocres pour les gens et les annonceurs.

Ce n'est pas une bonne voie qui permet aux éditeurs de construire des entreprises durables.
En outre, Facebook annonce également qu'il ajoute de nouvelles métriques d'annonces disponibles.

Ces métriques, y compris les impressions brutes (un nombre qui combine les impressions facturables avec des impressions non facturables), les annonceurs ne paieront pas pour des choses telles que le trafic non humain.

Et pourtant, certains d'entre eux ont encore demandé à voir ces chiffres bruts.

Facebook ajoute également les impressions Auto-Refresh (ce sont des impressions publicitaires réactualisées par l’utilisateur ou pas pour les bannières sur le côté droit) et les impressions de rafraîchissement automatique brut.

Aucun commentaire