Facebook et Google s'apprêtent à lancer leurs Stories pour les News - Arobasenet.com

Facebook et Google s'apprêtent à lancer leurs Stories pour les News

La bataille des Stories entre les grands acteurs du Net vient d'être lancée. Facebook a commencé à étendre sa fonctionnalité Stories et Google  devrait bientôt lancer Stamp, une fonctionnalité associant des Stories avec AMP.

Facebook et Google s'apprêtent à lancer leurs Stories pour les news

Depuis la semaine dernière, des signes tendent à montrer que Facebook et Google estiment que le format diaporama des Stories de Snapchat pourrait bien fonctionner pour le partage des news sur leurs propres plateformes.


Snapchat a été le premier à offrir des chaînes Discover pour permettre à des éditeurs sélectionnés de se connecter avec les adolescents, depuis 2015, avec du contenu natif, donc hébergé sur la plateforme. Mais son auditoire relativement "petit" et exclusivement au format mobile limite son attrait et sa portée.

Maintenant, d’après Techcrunch, les géants de la distribution des contenus des journalistes ont une nouvelle approche différente des Stories.

En effet, Facebook a commencé à laisser les profils partager publiquement des stories, et pas seulement avec des amis Facebook.

Alors que les Pages Facebook ne sont pas encore autorisées à créer des Stories, cette fonctionnalité permet déjà aux journalistes individuels de rassembler des photos et des vidéos pour créer des diaporamas immersifs à partir du fil d’actualité ou de leur page d’accueil.

Facebook est aussi maintenant en train de tester la visualisation des stories via l’ordinateur.

Et, pour finir, il est également en train de tester des Stories qui vous permettent de diffuser des vidéos en direct (voir images ci-dessous). Ce qui pourrait être utile pour les éditeurs de breaking news s'ils obtiennent l'accès aux Stories de Facebook.



Pendant ce temps, Google, de son côté, s’apprête à lancer “Stamp” qui utilisera à la fois le format des Stories de Snapchat et le format AMP de Google qui permet d’accélérer l’affichage du contenu sur mobile.

Avec pour objectif de permettre aux médias de partager des diaporamas natifs de photos, vidéos et de textes qui s’afficheront dans les résultats de recherche, mais peuvent également être hébergés sur le site Web de l’éditeur.


A la poursuite des Stories au-delà des jeunes


Les mises à jour des stories de Facebook semblaient un peu perplexes, compte tenu des critiques qui ont considéré ses stories comme gênantes et inutiles. Facebook a déjà des stories extraordinairement populaires sur Instagram et le produit Statut de WhatsApp qui sont utilisés, sur chacune de ses 2 applis, par au moins 250 millions d’utilisateurs quotidiens.



Mais les stories de Facebook ont plus de sens si vous pensez à eux comme un complément des stories d’Instagram. Parce qu'Instagram concerne essentiellement le partage visuel et a longtemps interdit les liens en dehors des stories.

Et il n'a émergé comme une puissance de distribution pour les journalistes comme Facebook qu’en acceptant les liens, les sujets tendances et les articles instantanés. Facebook pourrait donc aussi ouvrir les stories aux éditeurs.

Et espérons que leur contenu rendra ses histoires plus populaires et incitera les utilisateurs à partager leurs propres histoires sociales là-bas, aussi.

Quant à Google, il semble prêt à aller au-delà des stories pour entièrement se concentrer sur Stamp qui devrait ressembler dans sa présentation à Snapchat Discover.

Jusqu’à maintenant, toutes les tentatives de Google (Buzz et Wave) d’avoir un bon réseau social n’ont rien donné et le survivant Google+ (qui pourrait bénéficier des partages de Stamp depuis Google Search pou se refaire une santé) ne fait que vivoter malgré quelques nouvelles fonctionnalités.

Récemment, Google aurait souhaité racheter Snapchat pour la somme de 30 milliards de dollars. Cette offre aurait été rejetée par la start-up qui pourrait pourtant se retrouver dans la position de Twitter aujourd’hui et ne pas, plus tard, trouver de repreneurs, par manque de business modèle pérenne.

Avec Google, encore en retard dans la guerre des Stories, et Snap Inc. pas encore prêt à faire une alliance avec lui, Google va désormais miser sur la puissance de son moteur de recherche pour attirer et convaincre tous les grands médias de news à collaborer avec lui pour lancer Stamp.

Avec en épouvantail ses 90% de part de marché de la recherche internet.

Si les deux géants de la technologie peuvent populariser ce nouveau format, ils pourraient attirer plus d'éditeurs à leurs plateformes, enregistrer plus de données sur ce qui intéressent les gens (centres d’intérêt) et in fine servir plus d’annonces vidéo rentables là où les stories sont montrées.

N'importe qui peut afficher du texte ou héberger une vidéo. Mais, les exigences technologiques des stories pourraient rendre les éditeurs encore plus dépendants de la Silicon Valley pour la distribution de leur contenu.


A la conquête des news des grands médias


Facebook et Google savent que le mobile est l'avenir de la consommation de contenu. C'est pourquoi ils sont en concurrence pour être non seulement là où les liens se découvrent, mais aussi pour être le format qui fait vivre les articles.

Du fait que Facebook Instant Articles et Google AMP s’affichent instantanément par rapport aux pages mobiles traditionnelles, peu de personnes les abandonnent avant de lire les articles et voir les annonces publicitaires.

Et aussi, à la fois les articles instantanés et les pages AMP permettent de transposer et offrir le contenu desktop dans un nouveau format plus lisse et plus rapide sur mobile.

Et ces 2 technologies couplées avec le format des Stories qui sont des contenus natifs plus visuels et qui ont fait leurs preuves sur Snapchat, et récemment sur Instagram, Google et Facebook disposeront, dans un proche avenir, de tous les atouts (c’est un peu le cas actuellement, non ?) pour être des plateformes incontournables pour la distribution des news des grands médias sélectionnés par eux sur mobile.

Et Apple n'a pas encore dit son dernier mot...