Google cède à la pression des éditeurs sur sa gestion publicitaire du RGPD - Arobasenet.com





Google cède à la pression des éditeurs sur sa gestion publicitaire du RGPD

Google s'incline face à la pression des éditeurs et publicitaires et lève la limite des fournisseurs de technologie de la publicité pour sa CMP (consent management platform ou plate-forme de gestion du consentement) et les choix de financement (Funding Choices).

Google cède à la pression des éditeurs sur sa gestion publicitaire du RGPD

Pour rappel, et dans le cadre de la France, comme le rappelle Capital.fr, les principales associations d'annonceurs et régies publicitaires reprochent à Google sa mise en œuvre du règlement européen sur la protection des données (RGPD) qui a entraîné une "coupure massive des achats", dans une lettre ouverte adressée vendredi au géant américain :

Les 5 co-auteurs de la lettre (UDA, Udecam, SRI, Geste, IAB France) accusent Google :

Votre mise en œuvre de ce règlement a été subite et sans concertation et a eu un impact majeur sur les revenus et les coûts d'une grande partie des acteurs, à tous les niveaux de la chaîne de valeur publicitaire.
Mais, désormais, les éditeurs, annonceurs et régies publicitaires peuvent maintenant obtenir le consentement d'un nombre illimité de fournisseurs Adtech dans leurs chaînes d'approvisionnement.

En réponse au tollé généralisé des éditeurs, Google revient sur sa décision de plafonner le consentement recueilli par le biais de sa plate-forme de gestion du consentement (CMP) et des choix de financement à 12 fournisseurs de technologie de la publicité.

L'outil permet en effet aux éditeurs de créer et d'afficher un message qui répertorie les fournisseurs de publicités que leurs sites Web utilisent et demande aux visiteurs de consentir à l'utilisation de cookies pour afficher des annonces personnalisées.



Après ce sujet, les choix de financement (Funding Choices) peuvent maintenant recueillir le consentement d'un nombre illimité de fournisseurs.

Les choix de financement ont débuté comme un outil de monétisation anti-blocage de publicités.

Et Google a annoncé le mois dernier qu'il élargirait ses capacités pour inclure l'utilisation en tant que CMP pour aider les éditeurs à demeurer en conformité avec les exigences de la collecte du consentement du règlement général sur la protection des données (RGPD), qui sont entrées en vigueur fin Mai dernier.

L'outil CMP de Google est toujours en version bêta.

Les éditeurs ont en effet exprimé leur inquiétude quant au fait que Google limitait le nombre de partenaires de la chaîne d'approvisionnement des publicités qu'ils pouvaient utiliser.

Google a rencontré un groupe d'éditeurs à ce sujet et sur d'autres questions à la fin du mois de Mai. Dans une lettre envoyée aux éditeurs après cette réunion, Bonita Stewart, Vice-Président des partenariats mondiaux chez Google, a déclaré:

Nous ne voulons pas contrôler la façon dont vous obtenez le consentement. Vous avez de nombreuses options pour obtenir le consentement, et passer ce consentement à Google.

En ce qui concerne les solutions du consentement réel, il ne s'agit pas d'une question de taille unique.

Nous avons mis au point une option pour les éditeurs (choix de financement) à prendre en compte et nous appuyons également les éditeurs et les fournisseurs de technologie de la publicité utilisant de nombreuses approches différentes pour obtenir le consentement.



Et un porte-parole de Google a déclaré ce qui suit à Martechtoday :

Sur la base des commentaires de l'industrie et des clients, nous avons décidé de supprimer la limite de 12 fournisseurs pour les éditeurs qui utilisent des choix de financement (Funding Choices) pour obtenir le consentement des utilisateurs sur leur site Web.

Pour aller plus loin, les éditeurs peuvent choisir cependant de nombreux vendeurs qu'ils veulent lister.

Les marketeurs applaudissent cette décision de Google


Eyal Katz, Senior marketing manager for Namogoo’s GDPR Insights group, a déclaré pour sa part :

C'est une décision positive de Google et un pas dans la bonne direction pour l'édition numérique et les industries de la technologie de la publicité dans son ensemble.
Katz a aussi dit que la proposition initiale de Google n'était pas dans l'esprit du RGPD :

Google était bien conscient que l'UE avait placé une cible sur son dos, et en limitant les choix de financement, la CMP de Google à 12 fournisseurs publicitaires introduisait plusieurs problèmes.

Tout d'abord, le RGPD a été, en partie, destiné à limiter le pouvoir des entreprises telles que Google ont en limitant leur accès aux informations personnelles. Il n'a jamais été dans l'intention du RGPD de rendre Google encore plus puissant.”
Avec cette levée de la limitation du nombre de fournisseurs de technologie de la publicité, Google devrait enfin pouvoir déployer plus largement son outil Funding Choices.


Aucun commentaire