L'UE rejette la Directive sur le droit d'auteur sur Internet - Arobasenet.com


L'UE rejette la Directive sur le droit d'auteur sur Internet

Le Parlement européen a voté contre un ensemble de règles controversées concernant le droit d'auteur, connues sous le nom de "Directive sur le droit d'auteur dans le marché unique numérique".

L'UE vote la Directive sur le droit d'auteur dans le marché unique numérique

Et ce, après des semaines d'intensification des protestations qui ont suivies, avec des sociétés Internet telles que Mozilla et des pionniers tels que Vint Cerf et Sir Tim Berners-Lee s'exprimant contre les propositions de l'UE sur le droit d'auteur, alors que Wikipedia retirait, d’après Venturebeat, ses sites Web dans certains pays européens cette semaine aussi.



Aujourd'hui, c’est véritablement le Jour J pour le Web que nous connaissons.

Voici les grandes lignes de cette directive présentées par Wikipedia :

L'article 11 donne de nouveaux droits exclusifs aux groupes de presse.

L'article 13 du projet vise spécifiquement les plateformes et le statut d'hébergeur passif “clé du modèle économique des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,Microsoft)”.

En effet, cet article 13 leur permet de refuser le statut d'éditeur et les contraintes en matière de droit d'auteur y afférent.

Pour contrer les Gafam qui font valoir que le statut d'hébergeur passif crée par la Directive de 2002 les poussent à ne pas se sentir “responsables” de ce qui circule sur leur plateforme, la Commission veut les responsabiliser en les obligeant “à se doter de mesures techniques afin d'identifier les contenus protégés mis en ligne”.

Dans ce dernier cas, les hébergeurs devront appliquer des filtres pour interdire la publication de contenus sous copyright.

En résumé, le noeud des défauts perçus par la directive se trouvait dans les article 11 et 13.

En effet, l'article 13 de la directive rendrait effectivement les plates-formes numériques légalement responsables de toute violation du droit d'auteur sur leur plate-forme, attisant la crainte que cela empêche les gens de partager du contenu, tels que les mèmes de GIFs amusants, sur les réseaux sociaux.

À cet égard, l'article 11 pourrait stipuler que les sites Web paient des droits aux éditeurs s'ils affichent des extraits de contenu protégé par le droit d'auteur ou un lien vers celui-ci.

Bref, l'ensemble de l'Internet a été fondé sur la liberté d'expression pendant un certain temps, mais dans ce qui pourrait éventuellement se révéler comme un moment historique dans le temps, le Parlement européen a voté aujourd'hui pour le rejet de la "Directive sur le droit d'auteur dans le marché unique numérique" à 318 voix contre et 278 pour.

Mais seulement dans sa forme actuelle.

La saga n'est pas encore terminée, mais cela signifie que la directive sera renvoyée à la Commission, et les membres du Parlement européen (députés) voteront à nouveau en Septembre 2018.

À la suite du vote d'aujourd'hui, Raegan MacDonald, chef de la politique publique de l'UE à Mozilla, parmi les voix les plus protestataires des sociétés Internet, a déclaré :



Le Parlement européen a entendu aujourd'hui la voix des citoyens européens et a voté contre des propositions qui auraient donné un coup de marteau à l'Internet ouvert en Europe.

À la majorité claire, les députés ont rejeté les propositions d'estampillage qui auraient contraint les entreprises Internet à filtrer le Web, et aurait introduit une taxe sans précédent sur la liaison (pointage de lien hypertexte) en ligne.

C'est une excellente nouvelle pour les citoyens européens, les PME et les startups, en particulier ceux des secteurs créatifs, alors que les règles proposées étaient censées les protéger et les soutenir, elles auraient été celles qui souffriraient le plus dans le cadre du nouveau régime.

Ces dernières semaines ont vu une mobilisation massive de l'opinion publique en Europe, que l'impact de cette loi régressive sur tout, des mèmes aux articles de news en ligne, est devenu clair. L'élan est en croissance et Mozilla continuera à se battre pour s'assurer que cette proposition sert son objectif de moderniser le droit d'auteur en Europe.

On peut désormais s’attendre à ce que beaucoup plus de débats et de discussions aient lieu dans les mois à venir.

Et les partisans de la réforme du droit d'auteur devront affiner la mission de la directive pour apaiser toutes les parties avant qu'elle puisse progresser vers des discussions concrètes sur la façon dont les pays membres de l'UE devraient appliquer la nouvelle législation sur le droit d'auteur.

En fait, le débat ne fait que commencer…