Facebook : la vérification des faits concerne aussi les photos et vidéos - Arobasenet.com



Facebook : la vérification des faits concerne aussi les photos et vidéos

Ce n'est un secret pour personne que Facebook se bat pour arrêter, ou du moins réduire, la propagation des fake news sur son site, et il a en effet fait des progrès depuis.

Facebook : la vérification des faits concerne aussi les photos et vidéos




Maintenant, dans le cadre de ses efforts en cours pour lutter contre la désinformation, Facebook a annoncé que ses 27 partenaires de vérification des faits (fact-checking) à travers le monde ont maintenant accès à un nouvel outil qui permettra d'analyser des images et des vidéos.

Selon Facebook, cette fonctionnalité est alimentée par le machine learning et est conçue pour aider les vérificateurs à identifier et prendre des mesures contre le fake news plus rapidement.

Facebook dit que la technologie est proactive sur le suivi des messages qui comprennent des médias (photos et vidéos) qui peuvent être faux, en utilisant une combinaison de différents signaux d'engagement, tels que les commentaires (retours) des utilisateurs eux-mêmes qui est similaire au travail qu'il fait avec les liens d’articles.

Une fois que le système identifie une image ou une vidéo qu'il soupçonne avoir été modifiée, les contrôleurs de faits tiers essaient alors de vérifier si le contenu est réel ou non.

Par exemple, au cours de l'élection présidentielle 2018 au Mexique, il y avait une image flottante modifiée via Photoshop d’un candidat autour de laquelle il a été suggéré qu'il avait une carte verte américaine, et que l'image s'est avérée être montée de toute pièce, sans surprise, et c'est le type de contenu que ce nouvel outil peut contenir, d'après Facebook.

Facebook dit aussi savoir que les gens veulent voir des informations précises sur la plate-forme, par conséquent, pour les deux dernières années, il a fait de la lutte contre la désinformation une priorité.

Une des nombreuses mesures qu’il prend pour réduire la propagation des fake news est de travailler avec des indépendants, des tiers des vérifications des faits pour examiner et évaluer l'exactitude du contenu.

À ce jour, la plupart de ses partenaires de vérification des faits se sont concentrés sur l'examen des articles de news. Cependant, il a également travaillé activement à l'édification de nouvelles technologies et de nouveaux partenariats afin de pouvoir s’attaquer à d'autres formes de désinformation.

Facebook déclare :

Aujourd'hui, nous élargissons la vérification des faits pour les photos et vidéos à l'ensemble de nos 27 partenaires dans 17 pays du monde entier (et sommes en train de recruter de nouveaux partenaires de vérification des faits).

Cela nous aidera à identifier et à agir contre plus de types de désinformation, plus rapidement.


Comment cela fonctionne-t-il ?


Facebook a créé un modèle de machine learning qui utilise divers signaux d'engagement, y compris la rétroaction des personnes sur Facebook, pour identifier le contenu potentiellement faux.

Il envoie ensuite ces photos et vidéos aux contrôleurs de faits pour leur examen, ou les contrôleurs de faits peuvent trouver ce type de contenu d’eux mêmes.

Bon nombre des partenaires tiers de vérification des faits ont l'expertise pour évaluer des photos et des vidéos et sont formés dans les techniques de vérification visuelle, telles que la recherche d'image inverse et l'analyse des métadonnées d'image, comme quand et où la photo ou la vidéo a été prise.

Les contrôleurs de faits sont en mesure d'évaluer la véracité ou la fausseté d'une photo ou d'une vidéo en combinant ces compétences avec d'autres pratiques journalistiques, comme utiliser la recherche d'experts, d'universitaires ou d'organismes gouvernementaux.



Plus Facebook obtient de notes (scores) des vérificateurs de faits sur des photos et des vidéos, plus il sera en mesure d'améliorer la précision de son modèle de machine learning.

Il exploite également d'autres technologies pour mieux reconnaître le contenu faux ou trompeur. Par exemple, il utilise la reconnaissance optique de caractères (OCR) pour extraire du texte à partir de photos et comparer ce texte aux titres des articles de la vérification des faits.

Facebook travaille également sur de nouvelles façons de détecter si une photo ou une vidéo a été manipulée.

Ces technologies l’aideront à identifier plus de photos et de vidéos potentiellement trompeuses à envoyer aux contrôleurs de faits pour un examen manuel.

Comment Facebook catégorise les fausses photos et vidéos ?


Sur la base de plusieurs mois de recherche et de tests avec une poignée de partenaires depuis Mars dernier, Facebook dit savoir que la désinformation dans les photos et les vidéos tombe généralement sous trois catégories:

  1. Manipulées ou fabriquées (montages),

  2. Hors contexte,

  3. Revendication de texte ou audio.

Ce sont les types de fausses photos et vidéos vues sur Facebook et Facebook espère les réduire encore avec l'expansion de la vérification de la photo et la vidéo .

Source : Facebook



Quelles sont les différences entre les photos et les vidéos ?


Les utilisateurs partagent chaque jour des millions de photos et de vidéos sur Facebook. Et ce genre de partage est particulièrement convaincant parce qu'il est visuel.

Cel qui crée également une occasion facile pour la manipulation par les mauvais acteurs. Sur la base de la recherche avec des gens dans le monde entier, Facebook sait aussi que les fausses nouvelles se répandent sous de nombreuses formes différentes, variant d'un pays à l'autre.

Par exemple, aux États-Unis, les gens disent qu'ils voient plus de désinformation dans les articles, alors qu'en Indonésie, les gens disent qu'ils voient plus de photos trompeuses.

Toutefois, ces catégories ne sont pas distinctes. Le même canular peut voyager à travers différents types de contenu, il est donc important de construire des défenses contre la désinformation à travers les articles, ainsi que les photos et les vidéos.



Facebook est conscient que a lutte contre les fausses informations est un engagement à long terme, car les tactiques utilisées par les mauvais acteurs changent toujours.

Au fur et à mesure qu’il prend des mesures à court terme, il continue également à investir dans davantage de technologies et de partenariats afin de pouvoir rester en avance sur de nouveaux types de désinformation à l'avenir.

Aucun commentaire