Google Chrome envisage toujours de tuer les bloqueurs de publicités - Arobasenet.com




Google Chrome envisage toujours de tuer les bloqueurs de publicités

Plus tôt cette année, Google avait suscité le mécontentement des utilisateurs quand il a provisoirement prévu de supprimer l’usage des API des extensions qui bloquent le contenu, y compris les bloqueurs de publicités.

Google Chrome envisage toujours de tuer les bloqueurs de publicités

L’API de remplacement proposée ne serait pas aussi puissante ou flexible, de sorte que les utilisateurs et les développeurs ont transmis leurs plaintes à Google.



Cependant, Google n’en démord pas et compte bien mettre un terme à l’efficacité de ces adblockers via Chrome, alors que l’on pensait qu’il avait finalement décidé de ne plus bloquer les bloqueurs de publicités.

Flashback. La plate-forme actuelle utilisée par les extensions Chrome est appelée Manifest v2, qui a été introduite en 2012.

Google a travaillé sur Manifest v3 depuis un certain temps maintenant, avec de nouvelles fonctionnalités et des changements aux fonctionnalités existantes du navigateur Chrome.

Maintenant, des mois plus tard, et d’après 9to5google.com, Google a répondu à certaines des diverses questions soulevées par la Communauté, en partageant plus de détails sur les modifications apportées aux autorisations et plus encore.

L’aspect le plus notable de sa réponse, cependant, est une seule phrase enfouie dans le texte, clarifiant ses modifications au blocage des publicités et les extensions de blocage de la vie privée.

Chrome dépréciera les fonctionnalités de blocage de l’API webRequest dans Manifest v3, et non l’intégralité de l’API webRequest (bien que le blocage soit toujours disponible pour les déploiements d’entreprise).


Google dit donc essentiellement que Chrome aura encore la capacité de bloquer le contenu indésirable, mais ce sera limité à seulement aux utilisateurs professionnels de Chrome. Ce qui est susceptible de permettre aux clients d’entreprise de développer des extensions Chrome internes, pas pour l’utilisation du blocage des annonces.

Pour le reste d’entre nous, Google n’a aucunement l’intention de modifier son plan de bloquer les bloqueurs de contenu. Ce qui signifie que les bloqueurs de publicités devront passer à un système moins efficace, basé sur des règles. Ce système est la façon dont les bloqueurs comme AdBlock Plus fonctionnent actuellement.

L’une des préoccupations initiales du passage à ce système était le fait que Chrome impose actuellement une limite de 30.000 règles, alors que les listes de règles de blocage des annonces populaires comme EasyList utilisent plus de 75.000 règles.

Dans la réponse, Google prétend qu’il cherche à augmenter ce nombre, en fonction des tests de performance, mais ne pouvait pas s’engager à quelque chose de spécifique.

Nous prévoyons d’augmenter ces valeurs, mais nous n’aurons pas de nombres mis à jour jusqu’à ce que nous puissions exécuter des tests de performance pour trouver une bonne borne supérieure qui fonctionnera sur tous les appareils pris en charge.

Le développeur principal d’uBlock Origin, Raymond Hill, a commenté la situation, à la fois sur Register et sur GitHub d’uBlock Origin, en soulignant que l’autorisation des bloqueurs de publicités va complètement à l’encontre du business modèle de Google.

L’activité principale de Google est incompatible avec le blocage de contenu sans entrave. Maintenant que le produit Google Chrome a atteint une part de marché élevée, les préoccupations de blocage de contenu comme indiqué dans son dépôt 10K sont à l'ordre du jour.

Google lui-même l'a admis comme tel dans un récent dépôt SEC Form 10-K par Alphabet, découvert par Hill, dans lequel les extensions de blocage des pubs sont étiquetés comme un «facteur à risque» pour les revenus de Google.

Les technologies nouvelles et existantes pourraient affecter notre capacité à personnaliser les publicités et/ou bloquer les annonces en ligne, ce qui nuirait à notre activité.

Les technologies ont été développées pour rendre les annonces personnalisables plus difficiles ou pour bloquer tout à fait l’affichage des annonces et certains fournisseurs de services en ligne ont intégré des technologies qui pourraient potentiellement nuire à la fonctionnalité de base des publicités numériques tierces.

La plupart de nos revenus Google proviennent des frais qui nous sont versés en lien avec l’affichage des annonces en ligne.

Par conséquent, ces technologies et ces outils pourraient nuire à nos résultats d’exploitation.

Avec cela à l’esprit, le changement fait beaucoup sens, quand vous pensez à Chrome comme un moyen pour Google de mieux diffuser des annonces sur vos appareils

En permettant aux bloqueurs de publicités de continuer à fonctionner en profondeur, il autorise un impact direct et négatif sur son plus grand flux de revenus. Les utilisateurs d’entreprise de Chrome obtiennent une exception, car ils sont un flux de revenus distinct.

Ces changements à venir ne vont probablement pas apaiser les personnes qui utilisent actuellement des bloqueurs de publicités, mais le Manifest v3 standard est encore loin d’être mis en œuvre, et Manifest v2 ne sera probablement pas abandonné avant une ou deux années encore.

Même si Google pourrait accélérer la date de mise en place si ses revenus publicitaires venaient à connaître une baisse significative dans les mois à venir. Surtout que les CPC (Coûts Par Clic) des Google Ads ont substantiellement baissé, selon des observateurs. CQFD.

Aucun commentaire