Header Ads





Google va-t-il révéler les secrets de son algo de recherche au juge ?

La question du jour est : Google peut-il être contraint de révéler son algo de recherche à un SEO qui l’interprétera au juge ? En effet, Google est impliqué dans un procès qui a le potentiel de faire en sorte que l’entreprise révèle ses secrets d’algorithmes longtemps gardés.

Google va-t-il révéler les secrets de son algo de recherche au juge ?

Le juge veut savoir ce qu’il y a dans son algo de recherche.

Comme le révèle le New-York Times, dans le cadre de la poursuite judiciaire, Google a reçu un ultimatum de la part des tribunaux britanniques de soit maintenir les charges contre lui, soit de divulguer les détails de son algorithme de recherche.



Non seulement Google aurait à remettre les détails de son algorithme, mais il aurait à les remettre à un consultant en référencement en activité.


Google a 2 choix


Pour des raisons évidentes, Google ne veut pas renoncer à ses secrets d’algorithme.

Cependant, Google ne veut pas non plus retirer ses preuves (documents) qui sont essentielles pour aider la société à gagner le procès.

Ce sont les deux seuls choix que Google a en ce moment quand il s’agit de se défendre dans ce procès. Le seul autre choix serait de régler le procès à l’amiable, qui impliquerait des millions de dollars de dommages et intérêts. Et l'ouverture d'une boîte de pandore...

Sans compter qu’un règlement amiable crée la perception que Google admet avoir fait quelque chose de mal. Le meilleur cas pour le droit de Google en ce moment est de savoir si la société choisit de retirer ses arguments de défense et gagne quand même encore l’affaire.


Comment Google est-il arrivé à cette situation ?


Toute cette situation découle d’un procès contre Google par une société appelée Foundem datant de 2012. C’est l’année où la plainte a été déposée, mais les événements réels concernant le procès remontent à 2006.

La société Foundem allègue qu’elle a été victime de pratiques anticoncurrentielles par Google.

Selon les allégations de Foundem, Google a délibérément classé ses propres produits devant Foundem dans les résultats de recherche à partir de 2006.

Foundem demande des dommages-intérêts pour la perte d’entreprise qu’il a subie suite à son ranking vers le bas dans la recherche Google.


Qu’est-il arrivé à Foundem ?


Foundem était un moteur de recherche verticale pour trouver les prix les plus bas en ligne. En plus court, un comparateur de prix.

Il n’était initialement disponible que pour un groupe limité d’utilisateurs avant d’être ouvert à tout le monde.

Avant d’être disponible pour tout le monde, Foundem était toujours apparu dans les résultats de recherche. Foundem est apparu assez en évidence dans les résultats de recherche. En fait, ce service apparaissait souvent sur la première page pour les recherches liées au shopping.

En seulement 2 jours après son ouverture au grand public, Foundem a été enterré dans les profondeurs des résultats de recherche de Google.

Foundem est passé de la première page des résultats de recherche à des dizaines et, parfois, des centaines de pages plus bas.

Ce qui rend la chose un peu suspecte, c’est que les classements de recherche de Foundem ont uniquement chuté sur Google Search, alors qu’il continuait à toujours bien se classer dans d’autres moteurs de recherche.

C’est ce qui a conduit Foundem à l’idée qu’il s’agissait d’un effort délibéré pour étouffer la concurrence contre Google Shopping.


L’algorithme de Google est maintenant une pièce de la Cour


Foundem a porté plainte contre Google en 2012, qui est toujours en cours de débat à ce jour.

Dans un effort de Google pour prouver qu’il ne s’est pas engagé dans des pratiques anticoncurrentielles, il a fourni des documents confidentiels à la Haute Cour du Royaume-Uni.

Les documents ont été déposés à titre de pièces de preuve par les ingénieurs de Google, à savoir Cody Kwok et Michael Pohl.

Le juge qui préside l’affaire affirme que :

Les documents visent à expliquer l’opération et les objectifs des algorithmes de classement de Google, et comment ils ont été appliqués aux sites de comparaison d’achats en général et à Foundem en particulier.


Foundem exige un expert en référencement


Les détails de l’algorithme de recherche de Google seraient trop techniques pour permettre aux avocats de comprendre, fait valoir Foundem, de sorte qu’il veut faire appel à un expert SEO.

Plus précisément, Foundem veut faire appel à Philipp Kloeckner pour interpréter les détails de l’algorithme de Google.

Google fait valoir de son côté que donner ses informations d’algorithme à un expert en référencement compromettrait l’intégrité de son processus de classement :

L’intégrité des processus de classement de Google repose sur le fait que tous les webmasters ou les propriétaires de sites Web ont le même degré d’accès à l’information sur le classement de Google...

Ce ne sera plus le cas si des renseignements de ce type sont mis à la disposition de certaines personnes offrant des services commerciaux pour aider les entreprises à améliorer leur classement de recherche.

Non satisfait de cette réponse, Foundem suggère que Google pourrait simplement alors retirer les documents en question pour sa défense et ainsi personne n’aura jamais à les voir.

Google fait ensuite valoir que les documents en question sont essentiels pour lui comme preuves pour sa défense. En d’autres termes, sans ces documents, il n’y a pas de cas.

Notons que Google a précédemment suggéré de remplacer l’expert SEO Philipp Kloeckner, en mettant en avant deux de ses propres experts suggérés.

Le juge Roth a fait part de ses propos, observant :

Il est fondamental qu’une partie en litige ne soit pas tenue de nommer comme propre expert quelqu’un proposé par l’autre partie.


L’Ultimatum du juge


Cela nous amène là où nous en sommes aujourd’hui.

Afin de faire avancer l’affaire, le juge est intervenu et a déclaré que Google peut soit retirer les documents, soit les laisser être vus par l’expert SEO Philipp Kloeckner.

Maintenant, c’est là que ça devient vraiment intéressant.

Si Google reste ferme sur “aucun retrait des documents” ou les fournit au SEO Kloeckner, le juge accordera à Kloeckner la permission de consulter lui-même les documents.

Le juge donne à Google un « délai raisonnable » pour prendre une décision, ce qui ne peut certainement pas être facile à prendre.

Nous devrons attendre et voir comment cela se passe pour Google. Nous pourrions être sur le point d’un événement historique dans l’histoire de la recherche. Affaire à suivre...

Source




Aucun commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.